Toulouse : la vente de logements sociaux contestée par la CNL

Et ses premières annonces marquent un changement d'orientation de l'Office. Les administrateurs de la CNL, Jean-Claude Tapin et Armand Ndonda, ont vivement réagi à sa proposition de vente du patrimoine. Ce dernier a dénoncé le courrier envoyé à tous les locataires, leur signifiant la volonté, au nom de la mixité sociale, de vendre des logements d'Habitat Toulouse. D'autant plus que pour les habitants des HLM, il leur est très largement impossible de racheter leur logement, même avec la décote prévue sur le prix de vente. Ce qui alimente les inquiétudes de la population de ces immeubles. Alors même que les besoins en logement restent très importants à Toulouse, dépassant les 20 000 demandeurs, et que le nouvel objectif de la loi SRU (25 % de logements sociaux par commune) n'est pas du tout prêt d'être atteint, le choix d'Habitat Toulouse est largement contestable. S'il se réalise, il réduirait encore de 1 000 unités le nombre de logement d'Habitat Toulouse. C'est pourquoi, dans les quatre ans à venir, les habitants auront besoin d'élus qui les représentent, qui défendent la construction sociale et de vrais financements qui ne reposent pas sur la vente du patrimoine déjà bâti.