Strasbourg : travaux bâclés et charges trop élevées

Depuis sa création, l’amicale CNL Hautepierre, à Strasbourg, n’a cessé de se battre pour faire respecter les droits des habitants et se faire entendre auprès des autorités publiques, et notamment du bailleur social CUS Habitat.

Tout a commencé en 2011 lors de la rénovation urbaine du quartier Hautepierre. Face aux nuisances, les locataires des HLM de CUS Habitat se réunissent et s’organisent au sein de la CNL. N’ayant pas de locaux, l’amicale décide de se faire entendre et de rassembler les locataires au pied des immeubles autour d’une banderole « locataires en colère et déterminés à faire respecter leur dignité ». S’en suivent des actions de porte-à-porte et des pétitions qui touchent beaucoup d’habitants. En 2015, grâce à ses nombreuses demandes et à sa ténacité, l’amicale obtient l’accès à la maison d’Hautepierre : une première victoire auprès des autorités publiques !
En parallèle, les militants de la CNL ont aussi réalisé un important travail de collecte de données auprès des locataires HLM du quartier sur les travaux et les décomptes de charges. Ils ont ainsi pu comparer  les factures du m3 d’eau chaude et d’unité de chauffage payées aux sous-traitants par CUS Habitat à celles payées par les locataires de CUS Habitat Hautepierre. Les calculs et la mise en forme des résultats ont été suivis par les responsables de la fédération CNL du Bas-Rhin. Résultat de ce travail : une surfacturation de 600 € de charges d’eau chaude et de chauffage sur les trois années 2013 à 2015 par logement. Durant ces années d’activité, l’agence de CUS Habitat Hautepierre et la direction elle-même ont été régulièrement sollicitées sur cette question des charges et sur les travaux mal faits. La direction de CUS Habitat venant de changer, l’amicale l’a informée de ses revendications mais aucune réponse sur le trop-perçu de charges et de nombreux travaux mal faits, comme ceux des parties collectives des immeubles.
L’amicale a donc décidé d’organiser un rassemblement début décembre devant la mairie du quartier d’Hautepierre pour donner la parole aux habitants et réclamer les 300 euros de charges indues. Suite à cette manifestation, les militants de la CNL ont fait une demande d'audience auprès de la direction de CUS – Habitat, et ne comptent pas en rester là. Affaire à suivre de près.