Privatisation de la RATP : tous perdants !

Récemment dévoilé au grand jour, le projet de privatisation de la RATP semble déjà dangereusement bien avancé, laissant craindre le pire, aussi bien pour les usagers que pour les salariés. Face aux risques de dégradation du service rendu et des conditions de travail, la CNL se joint à la mobilisation du 17 décembre et appelle la population à la rejoindre.

Dictée par l’unique objectif d’augmenter les profits, la volonté du gouvernement et des dirigeants de privatiser la RATP ne s’intéresse absolument pas aux conséquences inévitables sur la qualité du service rendu aux usagers : augmentation des tarifs, fermeture des lignes « non rentables », sécurité des passagers sacrifiée pour réaliser toujours plus d’économies… les usagers seront les grands perdants de cette opération.

Ce projet de privatisation marque une nouvelle attaque contre le service public dont les tentatives de remise en cause se multiplient dernièrement. Un service public du transport efficace et à la hauteur des enjeux de mobilité actuels est pourtant indispensable pour répondre aux aspirations des habitants.

Par ailleurs, si le projet devait aller à son terme, la dégradation du service rendu aux usagers s’accompagnerait immanquablement d’une dégradation des conditions de travail des salariés avec notamment la perte de statut, conquis social sans cesse remis en cause. Alors même que la crise sanitaire a démontré l’importance de ces femmes et ces hommes, il est inacceptable de les voir ainsi fragilisés.

Face à cette situation, la CNL appelle à rejoindre la mobilisation du 17 décembre pour s’opposer fermement à la remise en cause du service public et ses conséquences sur l’ensemble de la population.