Priorité aux habitants: Construire, rénover et réhabitiliter

Pour résoudre la crise du logement, il est indispensable de gagner la bataille de la construction. En effet, nous payons aujourd’hui le résultat de décennies de construction insuffisante. Ainsi, le déficit accumulé est estimé à un million de logements, chiffre auquel il faut ajouter les 350 000 logements neufs chaque année dont le pays a besoin pour répondre à ses évolutions démographiques. En plus d’être insuffisante, l’offre nouvelle ne correspond pas aux besoins. Elle s’est surtout faite au profit de la spéculation et d’un renchérissement des prix. L’accession à la propriété est de même devenue largement inaccessible.

UN MILLIARDS D EUROS PAR AN  D AIDES A LA PIERRE
En 2012, le candidat Hollande s’était engagé sur un doublement des aides à la pierre au cours de son mandat qui étaient à l’époque d'environ 450 millions d’euros. Dans la dernière loi de finances votée par la majorité élue en 2012, elles ont dégringolé à 200 millions.
La CNL propose qu’elles soient réellement portées à un milliard d’euros. C’est un montant minimum pour provoquer un choc dans la construction neuve de logements sociaux susceptible de résorber la pénurie.
Ces subventions devront par ailleurs être orientées vers des logements véritablement abordables pour les familles, c’est-à-dire avec des niveaux de loyers PLAI et PLUS. La construction massive d'HLM est, par ailleurs, la meilleure façon de faire baisser les prix.

LA SUPPRESSION DES CADEAUX FISCAUX AUX INVESTISSEURS PRIVES
Chaque année, près de 2 milliards d’euros sont dépensés dans des niches fiscales destinées aux propriétaires bailleurs privés. L’efficacité réelle de ces dispositifs sur la construction neuve n’a jamais été évaluée. Par ailleurs, les logements qui en bénéficient ne correspondent pas aux besoins des familles, tant en termes de surface (petites surfaces) que de niveau de loyer.

LA REVALORISATION DES APL
La CNL propose la revalorisation de l’ensemble des aides à la personne de 25%. Elles doivent prendre en compte la totalité de la charge logement, être versées dès le premier euro et dès l’entrée dans les lieux et enfin, être maintenues en toutes circonstances. Cela nécessite aussi l’abrogation immédiate de la non rétroactivité de ces aides.

LE FINANCEMENT DE L ANAH ET DE L ANRU
L’Etat  doit se réengager substantiellement dans le financement du renouvellement urbain de manière à augmenter les sommes affectées à la réhabilitation du parc.

LA CENTRALISATION A 100% DU LIVRET A ET LA GOUVERNANCE DE LA CAISSE DES DEPOTS
 Avec une collecte à 100%, il serait possible de baisser le coût des prêts pour les organismes qui produisent des logements sociaux. Par ailleurs, il faut démocratiser la banque d’intérêt général qu’est la Caisse des dépôts. La CNL propose d’introduire
dans son conseil de surveillance des représentants des associations de locataires et de mal-logés.

LA PARTICIPATION DES EMPLOYEURS A L EFFORT DE CONSTRUCTION
La PEEC est plus connue sous le nom d'Action logement (ex -1% logement). Pourtant, la cotisation des entreprises collectée par Action Logement dans le but de produire des logements abordables ne s’élève plus qu’à 0,45%. Doubler cette cotisation permettrait de réunir 1,7 milliard d’euros supplémentaires à investir dans la construction.

 

Soutenez les propositions de la CNL, signez notre pétition