Marche des Fiertés LGBT+ 2021 : agissons ensemble pour mettre fin aux discriminations !

Après une édition 2020 compliquée par la crise sanitaire, la Marche des Fiertés LGBT+ de cette année revêt d’une importance particulière, également en raison d'une recrudescence des agressions homophobes et transphobes. Plus que jamais, la Confédération Nationale du Logement réaffirme l'importance de lutter contre toutes les formes de discrimination, notamment dans le domaine du logement.

Alors qu’en 2020, la Marches des Fiertés LGBT+ a dû se contenter d’une version minorée, l’année qui vient de s’écouler prouve, encore une fois, la nécessité de donner toute sa visibilité à cet évènement afin de mettre en lumière les grands défis qu’il nous reste à relever, en tant que société, pour mettre – enfin ! – un terme aux discriminations.

A la crise sanitaire qui a déjà fortement précarisé de nombreux citoyens, s’ajoutent pour certains des discriminations homophobes et transphobes qui rendent quasiment impossible l’accès à un travail ou un logement ; sans oublier que l’agressivité envers les personnes homosexuelles et transidentitaires semble aujourd’hui redoubler d’intensité. Il est donc urgent d’échanger sur les moyens concrets à mettre en œuvre pour permettre de freiner durablement la montée en flèche des discriminations ; et la Marche des Fiertés LGBT+ est justement un cadre privilégié pour la tenue de ces discussions.

En tant qu’organisation de progrès social et de défense du citoyen, la Confédération Nationale du Logement ne peut tolérer qu’un habitant soit discriminé en raison de son origine, son sexe, son genre, ses conditions sociales ou son orientation sexuelle. Ces situations doivent cesser au plus vite.

La CNL tient à rappeler qu’il est interdit à un bailleur de refuser un logement à une personne en fonction de son orientation sexuelle ou de son identité de genre ; et alors que les témoignages de personnes transidentitaires se voyant refuser un logement sous un motif invraisemblable se succèdent, la CNL invite toutes les personnes victimes de discriminations à contacter ses antennes locales pour faire valoir leurs droits.