Loi travail : La CNL s’élève contre le piétinement de la démocratie

La Confédération Nationale du Logement a affirmé à plusieurs reprises son opposition au projet de loi de casse de code du travail, dit El Khomri.

 

Ce projet de loi, en précarisant davantage le monde du travail, aurait, s’il était adopté, des conséquences négatives sur la vie des familles et en particulier sur leur capacité à se loger dignement, dans un contexte de crise déjà profond. Par ailleurs, l’encadrement du temps de travail est fortement attaqué dans ce texte, ce qui n’est pas sans poser des questions importantes sur la possibilité de l’engagement associatif pour les salariés, un thème cher à la CNL.

 

Manuel Valls a annoncé ce jour l’utilisation de l’article 49-3 de la Constitution pour faire adopter ce projet de loi à l’Assemblée nationale sans débat, ni vote. Cette annonce intervient alors que le gouvernement, depuis plusieurs jours, utilise la procédure du vote bloqué, empêchant l’examen des amendements déposés.

 

La CNL, qui a réaffirmé lors de son 51ème congrès, que la démocratie était l’horizon indépassable de son action, s’élève contre cette pratique. Le gouvernement s’enferme ainsi dans une position de surdité face à sa majorité parlementaire, au mouvement social et à la majorité des Français.