Loi Sécurité globale, la mobilisation continue !

Alors que le gouvernement refuse d’entendre la colère des citoyens qui rejettent en masse le projet de loi Sécurité globale, le Sénat s’apprête, quant à lui, à en étudier le texte en séance plénière. Plus que jamais, il est donc urgent d’afficher clairement notre opposition aux mesures liberticides contenues dans ce projet de loi : la CNL appelle toute la population à participer aux rassemblements organisés mardi 16 mars, partout en France.

Alors même que la France a récemment été qualifiée de « démocratie défaillante » par le centre de recherche The Economist Intelligence Unit dans son rapport annuel, le contenu du projet de loi Sécurité globale pourrait bien asséner le coup de grâce ! Les violences policières se multiplient, la surveillance de masse se généralise, le droit à l'information recule... et le projet de loi Sécurité globale n'est qu'une compilation de mesures liberticides dont l'objectif est de servir un autoritarisme d'Etat de plus en plus évident.

Car malgré les nombreuses alertes des acteurs de la société civile – associations, autorités indépendantes, élus -, le gouvernement reste sourd à la gronde générale et entend mener à bien son dangereux projet.

Pourtant, plusieurs articles du texte sont particulièrement inquiétants, qu’il s’agisse de l’article 24, pénalisant la diffusion malveillante d’images de policiers ou les articles 21 et 22 dont le but est notamment de limiter la couverture médiatique des manifestations en permettant le recours aux drones et caméras piéton par les forces de l’ordre.

Face au danger que représente ce projet de loi pour notre démocratie, la Confédération Nationale du Logement demande à nouveau le retrait de cette loi liberticide et appelle à participer aux manifestations qui se tiendront mardi16 mars 2021, partout en France.