Loi Sécurité globale, continuons la mobilisation !

Alors que les dérives ne cessent de se multiplier ces dernières années dans différents domaines (violences policières, surveillance de masse, recul du droit à l’information), le projet de loi Sécurité globale n’est autre qu’une compilation de mesures liberticides dont l’objectif est de servir un autoritarisme d’Etat de plus en plus manifeste. Face au danger qu’il représente, la mobilisation doit s’amplifier pour faire reculer le gouvernement.

Au moment même où les langues semblent se délier, et les témoignages de dérives se multiplier, le gouvernement entend aller jusqu’au bout de son ambition liberticide et mener à bien son projet de loi. Celui-ci ayant été voté à l’Assemblé nationale – sans qu’aucune réelle modification ne soit apportée au texte, malgré les annonces faites suite au tollé provoqué par l’article 24 -, le projet de loi est désormais entre les mains du Sénat.

Bien que l’article 24, pénalisant la diffusion malveillante d’images de policiers, cristallise la colère de la population, d’autres mesures sont également dangereuses pour les droits fondamentaux de tous : les articles 21 et 22 ont notamment pour but de limiter la couverture médiatique des manifestations en permettant le recours aux drones et caméras piéton par les forces de l’ordre.

Alors que le lien entre la population et la police est plus fragile que jamais, ce projet de loi risque fortement d’entraîner une rupture extrêmement dangereuse de notre pacte Républicain. 

La Confédération Nationale du Logement demande donc à nouveau le retrait de cette loi liberticide et appelle à participer à la manifestation qui se tiendra le samedi 16 janvier 2020 à 14h Place Daumesnil, ainsi qu’aux autres rassemblements prévus sur le territoire national.