Les compteurs Linky, la pose n’est pas le seul problème

En application du décret n°2010-1022 du 31 août 2010, le gestionnaire du réseau de distribution d’électricité en France (ERDF) doit mettre en place la nouvelle génération des compteurs d’électricité permettant aux consommateurs d’accéder aux données relatives à leur consommation d’énergie. Les consommateurs ne seront plus facturés pour une consommation estimée mais seront facturés pour une consommation réelle d’électricité.

Les pouvoirs publics ont décidé de généraliser ce nouveau compteurs communicant sur l’ensemble du territoire d’ici 2021, 35 millions de compteurs devraient être remplacés. Aujourd’hui, 300 000 compteurs nouvelle génération sont déjà en place sur l’agglomération lyonnaise et en Indre et Loire et le déploiement s’effectue sur tout le territoire.

Comment se déroule l’installation ?

Lorsque la pose est sur le point de s’effectuer dans une agglomération, les habitants reçoivent, environ un mois avant l’installation, un courrier ou un email les informant de la pose prochaine des nouveaux compteurs. Sur place, le technicien interviendra environ 30 minutes pour poser le nouveau compteur Linky au même endroit que l’ancien compteur. Les habitants reçoivent également une notice explicative pour accéder et utiliser leur compte sur l’outil e.quilibre, outil numérique d’analyse de la consommation d’électricité.
ERDF a également précisé que cette installation ne changerait pas le contrat de fourniture d’électricité. L’occupant n’aura donc pas à signer un nouveau contrat ou un quelconque document. Il ne devrait pas y avoir d’impact sur le coût de l’énergie. Pour autant il est nécessaire de rester vigilent car en 2010 il a été révélé que les compteurs Linky étaient beaucoup plus sensibles que les précédents n’autorisant ainsi aucun dépassement de la puissance préréglée. Ainsi, les premiers utilisateurs Linky d’Indre et Loire ont subi des coupures d’électricité répétées et ont dû, suite aux préconisations d’ERDF, augmenter la puissance requise et donc le prix de l’abonnement. Il semblerait que des modifications aient été apportées pour mettre fin à ce problème mais il est important de rester vigilent et d’en informer les consommateurs.

Est-il possible de refuser la pose du compteur ?

Les compteurs n’appartiennent ni au locataire, ni au propriétaire, ni au fournisseur d’énergie mais appartiennent à la commune. Les occupants n’ont donc pas le pouvoir de refuser l’installation. Il peut arriver toutefois, si le compteur est placé dans le logement et non dans les parties communes, que l’occupant ne soit pas chez lui au moment du passage de l’installateur et que l’installation ne soit pas effectuée.Dans ce cas, soit l’occupant sollicite de lui-même ERDF pour obtenir un nouveau rendez-vous et installer le compteur, soit l’occupant ne se manifeste pas et le compteur ne sera pas installé.
ERDF prévoit une part d’échec à la pose des compteurs communicants. Pour les logements qui seraient dépourvus de ce type de compteur, des techniciens chargés de relever le compteur se déplaceront aux domiciles concernés mais cela pourrait avoir un coût pour les consommateurs qui paieront le déplacement.

Que se passe-t-il pour les consommateurs qui ne peuvent pas profiter d’une telle technologie parce qu’ils ne disposent pas d’un accès à internet ou parce que la pose de ces compteurs n’est pas possible pour des raisons techniques ?

Il n’est pas normal que ces consommateurs soient exclus du dispositif et paient ainsi un service dont ils bénéficiaient gratuitement auparavant.
Il semblerait que les personnes qui n’ont pas accès à internet puissent recevoir une version papier de leur consommation mensuelle. Il est important de rappeler que ce document indiquera non plus une consommation estimée mais une consommation réelle puisque le compteur Linky a pour objet de facturer la consommation réelle du consommateur. Les personnes qui n’ont pas un accès internet pourront également consulter directement l’écran d’affichage du compteur qui affiche la consommation en temps réel. Cette manoeuvre est possible mais n’est pas confortable pour les consommateurs.
De plus, ces consommateurs démunis ne bénéficieront pas du réel intérêt des compteurs Linky, à savoir : connaitre la consommation réelle au moyen de la technologie informatique afin de réguler sa consommation d’électricité. En effet, l’outil e-quilibre permet de suivre la consommation et le budget d'énergie à tout moment en ligne, de comparer la consommation avec des foyers similaires, d’identifier les équipements qui consomment le plus et de bénéficier de conseils pratiques et personnalisés pour réduire le montant de mes factures. Ces consommateurs ne seront donc pas concernés.
Pour autant, reste la question des personnes qui ne peuvent pas se voir installer un compteur communicant nouvelle génération pour des raisons techniques. Ces personnes continueront d’être facturées pour une consommation estimée et obtiendront une régularisation dans l’année, mais à quel prix ?

Quelles actions possibles ?

Même si les occupants ne peuvent pas s’opposer à la pose des compteurs Linky, les militants de la CNL peuvent intervenir auprès des communes afin de ralentir voire mettre fin au déploiement massif d’appareils dont on ne connait pas encore l’impact sur la santé et la sécurité des consommateurs. Nous devons également rester vigilants sur la période post-installation et sur la facturation de divers services qui pourrait coûter cher aux consommateurs.