Le RUA va nous mettre à la rue !

Nouvelle lubie du gouvernement pour continuer et accentuer sa chasse aux pauvres, la fusion des aides sociales est en marche. C’est ainsi que près de 5 prestations sociales devraient être regroupées à travers le revenu universel d’activité (RUA) pour environ 15 millions de personnes courant 2020.

 

Revêtant son déguisement préféré – celui du justicier social - le gouvernement prétend vouloir simplifier les procédures pour en finir avec le non-recours aux droits sociaux. Un raisonnement qui sonne particulièrement creux lorsqu’on sait que la réforme devrait se faire sans augmentation du budget. Comment le gouvernement peut-il affirmer que son but est de permettre à plus de citoyens de percevoir ces aides sans pour autant augmenter leur budget ? De là à penser qu’il s’agit de démagogie de la part du chef de l’Etat - qui n’avait pas hésité à affirmer que ces aides coûtaient « un pognon de dingue » -, le pas à franchir n’est pas si grand…

Et de là à penser que l’objectif réel du gouvernement n’est autre que la déstabilisation des habitants – déjà engagée avec le prélèvement à la source – afin que ces derniers n’y comprennent plus rien et ne puissent plus se défendre…

Par ailleurs, l’histoire nous incite à la méfiance puisque chaque fois que le gouvernement décide de procéder à un regroupement de différentes aides, il en profite pour les diminuer ; ce fut récemment le cas avec le chèque-énergie.

Enfin, et nous le savions, la concertation n’est pas le fort du Président Macron et son entourage. Nous en avions eu un aperçu particulièrement désagréable lors de l’élaboration de la loi Elan avec la mise en place d’une concertation d’opérette et il semble, à nouveau, que  les habitants et leurs représentants seront peu écoutés sur cette mesure qui s’apprête pourtant à les percuter de plein fouet !

La CNL met en garde contre les conséquences de la mise en place du RUA et demande au gouvernement de conserver et revaloriser chaque aide de manière indépendante, tout en améliorant leur visibilité pour permettre à chacun d’y accéder selon ses droits.