La CNL rejoint l’appel à se mobiliser « une marche pour une vraie loi climat »

Le projet de loi portant lutte contre le dérèglement climatique et le renforcement de la résilience face à ses effets portait la promesse de nous mener sur le chemin d’une transition écologique plus juste. Alors que la France a été reconnue coupable d’inaction climatique, ce texte - tant attendu - se révèle trop peu ambitieux, incitatif mais peu contraignant, et s’engage sur des échéances trop lointaines.

Les propositions faites sont en-deçà des objectifs fixés par la Convention citoyenne pour le climat en ne reprenant pas l’ensemble des 146 propositions que le Président de la République s’était engagé, en juin 2020, à transmettre au Parlement « sans filtre ». Les 150 membres de cette convention ont attribué une note globale de 3,3/10 à l’action gouvernementale en réponse à leurs propositions. Cette déception fait écho à la lassitude de la CNL qui constate, qu’une fois encore, la justice sociale n’est pas au rendez-vous.

Plusieurs millions de ménages se trouvent en situation de précarité énergétique, et nombre d’entre eux habitent dans des logements de classes F et G. Le chapitre « Se loger » du projet de loi doit être renforcé pour espérer une rénovation thermique des bâtiments à la hauteur des enjeux et dans des délais acceptables.

La CNL demande le retrait immédiat des passoires thermiques F et G, et propose de mettre en place le critère de mise en péril environnementale afin de permettre aux maire et préfets de se substituer aux propriétaires qui refusent de réaliser les travaux afin d’assurer la sécurité et la santé des locataires.

La lutte contre la précarité, la santé des personnes et la survie de notre planète doivent supplanter les intérêts économiques et mercantiles. La planète brûle, les catastrophes climatiques se multiplient. Le temps des demi-mesures est révolu ! Il y a urgence à mettre en place une politique écologique ambitieuse pour sortir d’un modèle libéral qui épuise les âmes et brise les vies.

La CNL appelle à la mobilisation le 28 mars prochain, à la veille de l’examen du projet de loi.

Des marches, des événements festifs et des rassemblements devant les permanences des députés auront lieu en région. A Paris, le rendez-vous est donné place de l’Opéra à 14h.