Entre surdité et absurdité, l’Assemblée nationale a décidé de ne pas écouter la voix des locataires

Après plusieurs mois d’un combat âpre pour faire reculer le gouvernement sur la baisse des APL, c’est à l’Assemblée nationale que s’est finalement joué l’avenir de la mesure. Verdict : malgré la mobilisation majeure et unitaire de l’ensemble des acteurs du logement, la voix des locataires n’aura pas été écoutée.

Depuis le début, ce gouvernement affiche clairement sa volonté de rester sourd aux protestations suscitées par sa politique en matière de logement. Incapable de comprendre la réalité du quotidien de millions de familles, le Secrétaire d’Etat au logement a, une nouvelle fois, pris le parti des technocrates en choisissant de remanier le secteur du logement par le volet budgétaire. En effet, la réforme promise par Emmanuel Macron a bel et bien commencé par la présentation du projet de loi de finances 2018.

L’Assemblée nationale valide donc aujourd’hui cette logique politique et ce sont les locataires qui en subiront les conséquences ; mais les députés de la majorité ne pourront pas dire qu’ils ne savaient pas alors qu’ils ont été interpellés à plusieurs reprises, notamment par la CNL. Ils n’ont pourtant pas souhaité écouter les locataires et ont voté, de manière définitive, un texte quasiment identique au texte initial.

Malgré l’écran de fumée créé par le gouvernement afin d’avancer masqué et semer ainsi la confusion dans l’esprit du grand public, la mobilisation unitaire des associations de locataires, des syndicats et du monde HLM aura permis de faire prendre conscience aux locataires du danger des mesures envisagées. La forte mobilisation de ces derniers mois ne doit pas s’essouffler mais bien se poursuivre sur le projet de loi logement car la bataille du logement est loin de s’achever.

La CNL restera mobilisée pour faire entendre la voix des locataires dans toutes les instances publiques et notamment lors des réunions organisées dans le cadre de la conférence de consensus destinée à co-construire le projet de loi logement avec les professionnels et les parlementaires.