Bac 2021 : la CNL soutient les lycéens mobilisés !

Depuis maintenant plusieurs jours, les lycéens se mobilisent pour réclamer que le bac 2021 soit entièrement validé avec le contrôle continu. Une revendication qui prend tout son sens après une année particulièrement instable, marquée par la crise sanitaire, mais à laquelle s’oppose toujours le ministre de l’Education.

Les modalités du passage du baccalauréat annoncées il y a quelques jours par Jean-Michel Blanquer ont provoqué, à juste titre, la colère des lycéens qui se voient contraints de passer le bac dans des conditions inacceptables. Et les demi-mesures annoncées lors de la nouvelle prise de parole du gouvernement mercredi soir n’ont pas su convaincre davantage. Entre cours à distance et professeurs absents, cela fait maintenant 14 mois que les lycéens sont forcés de poursuivre leurs études dans des conditions qui ne leur ont, en aucun cas, permis de préparer le bac sereinement. Sans oublier qu’un risque réel de renforcer les inégalités entre l’école publique et l’école privée existe puisque ces dernières se targuent d’avoir continué leur cursus en présentiel, permettant à leurs élèves de finir leur cursus.

Face à un gouvernement qui ne semble pas mesurer leur détresse, les lycéens refusent pourtant de voir leur diplôme sacrifié et se mobilisent pour faire entendre leurs revendications.

La CNL fait siennes les revendications des syndicats lycéens qui réclament notamment l'instauration du contrôle continu pour la validation des épreuves de fin d'année pour les filières générales, technologiques, professionnelles, les BTS et les élèves du CNED ainsi que des sessions de rattrapage accessibles aux lycéens qui n'auront pas validé le baccalauréat par le contrôle continu.

Arguant « d’accompagner avec bienveillance les élèves vers la réussite », le gouvernement choisi en réalité de sacrifier toute une génération, à l’image de la manière dont il a abandonné les jeunes depuis le début de la crise.

Au plus près du terrain, et des jeunes, la CNL s’engage pour la défense de leurs droits et soutient l’action menée, partout en France, par les lycéens.