1er août, en pleine crise sanitaire et économique le pouvoir d’achat des Français continue d’être attaqué

Comme chaque 1er août les Françaises et les Français découvrent différents changements qui vont durement impacter leur pouvoir d’achat.

Cette année, ceux-ci interviennent dans un climat de crise sanitaire économique et sociale inédit. Alors que de très nombreux citoyens voient leurs revenus baisser suite au chômage partiel voire la perte totale d’emploi, la CNL déplore que les tarifs de l’électricité et du gaz continuent d’augmenter.

Au total cela fait une augmentation de 11 % sur un an concernant le tarif de l’électricité alors même que la consommation a baissé pendant le Covid-19.

Une fois de plus ce sont les plus fragiles qui vont voir leur pouvoir d’achat attaqué, avec un risque de basculement dans la précarité et la pauvreté. Vendue comme remède miracle, nous constatons que l’ouverture à la concurrence n’est pas la solution.

En plus d’augmenter considérablement les tarifs, elle détériore les conditions de travail des salariés.

La CNL demande la mise en place d’une TVA à 5,5 % sur l’électricité et le gaz qui sont des produits de première nécessité. Nous exigeons aussi l’interdiction des coupures d’électricité et de gaz, toute l’année, pour les ménages en situation de précarité.

Alors que nous avons dès le début de la crise proposé la mise en place d’un fonds d’indemnisation des habitants, nous regrettons que le gouvernement n’y ait toujours pas répondu favorablement.

Plus que jamais la CNL rappelle l’urgence à mettre en place des politiques de solidarité, ambitieuses et innovantes, pour protéger les plus fragiles d’entre nous.