– 2 135 distributeurs de billets en 2019, la destruction des services de proximité continue de creuser les inégalités !

Dans un rapport publié par le ministère de l’Economie, des Finances et de la Relance, on constate que la casse organisée de la présence bancaire dans les territoires s’est brusquement accélérée avec une baisse de 4,1%  en 1 an contre une moyenne de 1,8 % entre 2015 et 2018.

Cela se solde par une disparition de 2 135 automates pour la seule année 2019.

Cette désertification bancaire, mise en place au nom de la rentabilité, tend à renforcer l’isolement des personnes âgées et des personnes les plus fragiles alors que la période que nous traversons incite à renforcer les solidarités et la présence humaine.

On estime aujourd’hui que près de 12 millions de Français n'ont pas accès à un distributeur de billets près de chez eux. Un distributeur bancaire, ce n’est pas uniquement un point de retrait d’argent.

Pour de nombreuses petites villes ou villages, c’est un point d’attractivité important qui permet d’alimenter les commerces de proximité qui ne sont pas toujours équipés d’un terminal en carte bleu ou encore les marchés, lieux où les échanges se font majoritairement en liquide. De plus tous les habitants ne disposent pas de cartes bancaires et ont besoin de pouvoir retirer de l’argent pour leur vie quotidienne.

La CNL dénonce cette politique de destruction des agences bancaires de proximité et de suppression des distributeurs bancaires en territoire. Nous le savons, et le constatons quotidiennement, dans les quartiers populaires et les zones rurales, la casse des services publics et des commerces de proximité est un phénomène qui accentue la paupérisation, la précarité et les inégalités territoriales.

C’est pour nous inacceptable.

La CNL demande à Bruno Le Maire de prendre des mesures immédiates pour stopper cette désertification, et rendre le retrait de billets accessible à tous les Français, quel que soit leur lieu de résidence sur le territoire.